Jeanne d’Arc, symbole à multiples utilités pour Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jeanne d’Arc, symbole à multiples utilités pour Sarkozy
©

Récupération

Jeanne d’Arc, symbole à multiples utilités pour Sarkozy

Le 600e anniversaire de la naissance de la pucelle d'Orléans tombe à pic pour le chef de l'Etat, estime The Guardian.

Le déplacement de Nicolas Sarkozy ce vendredi à Domrémy-la-Pucelle, lieu de naissance de Jeanne d’Arc, fait beaucoup parler en France. Car pour beaucoup de commentateurs, c’est un moyen pour le chef de l’Etat de courir après les voix du FN, qui a fait de la pucelle d’Orléans l’un de ses symboles.

Vu du Royaume-Uni, cette dimension fait partie de la volonté de Nicolas Sarkozy, mais elle n’est pas le seul symbole que le président cherchera à évoquer. Pour le quotidien The Guardian, l’hommage de Nicolas Sarkozy à Jeanne d’Arc est utile en temps de crise économique, d’insécurité et de relations tendues avec le Royaume-Uni"Le symbole d’une paysanne devenue une guerrière est puissant et patriotique", écrit le journal britannique. La célébrer est donc un moyen de montrer que même les plus faibles peuvent se soulever contre les plus forts, et donc, pourrait-on comprendre, que le marché ne doit pas faire peur au simple citoyen, qui peut se dresser contre plus grand que lui.

Mais c’est aussi un potentiel bénéfice politique plus direct, selon The Guardian : "alors que la France est officiellement un pays laïc, les hommes politiques sont bien arrangés de pouvoir associer le combat de la martyre religieuse à leur propre cause, dans l’espoir que le charisme d’une Jeanne d’Arc rassembleuse de troupes pourra déteindre", sur leur propre capacité à rallier les Français à leur personne. A suivre ce raisonnement, Nicolas Sarkozy a donc tout intérêt à célébrer Jeanne d’Arc, pour tenter de contribuer à se donner une image de président rassembleur en vue de la campagne présidentielle.      

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !