Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Jeanne, au secours !

Jean-Marie Le Pen mis en examen pour avoir évoqué une "fournée"

"Écoutez, on fera une fournée la prochaine fois !", avait-il lancé à propos de Patrick Bruel.

Le fondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen, a été mis en examen jeudi à Paris pour provocation à la haine, a annoncé samedi son avocat, Me Frédéric Joachim. Les propos incriminés ont été tenus en juin 2014 : dans son "Journal de bord", Marie d’Herbais interrogeait Jean-Marie Le Pen sur "tous ceux qui avaient juré en cas de victoire du Front national de prendre leurs cliques et leurs claques et de quitter la France". Après une brève réponse de l'interviewé sur Yanick Noah, elle avait poursuivi : "et il y a Patrick Bruel aussi". Réponse de Jean-Marie Le Pen : "On fera une fournée la prochaine fois".

Cette sortie avait mis le Front national dans l'embarras, Marine Le Pen parlant même de "faute politique". Louis Aliot, un des vice-présidents du parti avait qualifié le choix de ce terme de "stupide politiquement et consternant". Cet épisode avait entraîné une importante brouille familiale chez les Le Pen.

Près de 3 ans plus tard, l’avocat de Jean-Marie Le Pen dénonce des poursuites fondées sur des propos "volontairement tronqués" auxquels est attribuée une connotation qu’ils n’ont pas. "Le mot "fournée" que j’ai employé n’a évidemment aucune connotation antisémite, sauf pour des ennemis politiques ou des imbéciles", avait réagi à l'époque Jean-Marie Le Pen. "S’il y a des gens de mon camp qui l’interprètent de cette manière, c’est que ce sont des imbéciles !"

Le Parlement européen a levé fin octobre son immunité parlementaire dans cette affaire.

Lu sur RTL
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.