Jean-Marie Le Pen condamné à 30 000 euros d'amende en appel pour avoir qualifié les chambres à gaz de "détail" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Marie Le Pen condamné à 30 000 euros d'amende en appel pour avoir qualifié les chambres à gaz de "détail"
©

Confirmé

Jean-Marie Le Pen condamné à 30 000 euros d'amende en appel pour avoir qualifié les chambres à gaz de "détail"

Le président d'honneur du FN devra également s'acquitter d'un total de 10 001 euros de dommages et intérêts à trois associations parties civiles.

La condamnation de Jean-Marie Le Pen à 30 000 euros d'amende pour avoir de nouveau qualifié les chambres à gaz de "détail" de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale a été confirmée ce mercredi par la cour d'appel de Paris. 

Le co-fondateur du Front national, âgé de 88 ans, a été reconnu coupable de contestation de crime contre l'humanité, et va former un pourvoi en cassation, a indiqué son avocat, Me François Wagner.

La justice a par ailleurs confirmé, à titre de peine complémentaire, une mesure de publication d'un communiqué judiciaire dans trois journaux. Jean-Marie Le Pen avait également été condamné à s'acquitter d'un total de 10 001 euros de dommages et intérêts à trois associations parties civiles.

>>>> À lire aussi : D'humeur baroque et déjanté, Jean-Marie Le Pen osait tout pour ses fêtes à Montretout... même le 21 avril 2002

Face au journaliste Jean-Jacques Bourdin qui lui demandait s'il regrettait d'avoir qualifié les chambres à gaz de "détail", Jean-Marie Le Pen avait répondu lors d'une interview le 2 avril 2015 : "Pas du tout. Ce que j'ai dit correspondait à ma pensée que les chambres à gaz étaient un détail de l'histoire de la Guerre, à moins d'admettre que ce soit la Guerre qui soit un détail des chambres à gaz".

Au cours des dernières décennies, le président d'honneur du Front national avait déjà été condamné à deux reprises, au civil, par la justice française pour ces propos, tenus pour la première fois en 1987.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !