Jean-Marie Le Pen : à Nice, il dérape une nouvelle fois à propos des Roms | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-Marie Le Pen s'est une nouvelle fois exprimé sur la présence des Roms à Nice
Jean-Marie Le Pen s'est une nouvelle fois exprimé sur la présence des Roms à Nice
©Reuters

Polémique

Jean-Marie Le Pen : à Nice, il dérape une nouvelle fois à propos des Roms

Le fondateur du Front national s'est demandé ce mardi à Nice si la célèbre Promenade des Anglais serait un jour rebaptisée "Romenade".

Jean-Marie Le Pen a récidivé. Habitué des écarts de langage, le fondateur du Front national n'est plus à un dérapage près. Ainsi début juillet, le président d'honneur du parti d'extrême-droite avait provoqué un tollé. En déplacement à Nice, il avait déclaré aux habitants venus à sa rencontre qu'ils avaient "quelques soucis, paraît-il avec quelques centaines de Roms qui ont dans la ville une présence urticante et disons... odorante". Des propos qui avaient entraîné une vive polémique. Pas de quoi décourager le "Menhir". En effet, ce mardi, Jean-Marie Le Pen en a remis une couche. Toujours à Nice, il s'est publiquement interrogé afin de savoir si la célèbre Promenade des Anglais n'allait pas un jour être rebaptisé "Romenade".

Au cours d'un point de presse, la figure historique du FN a fustigé une récente décision de justice de verser 75 euros d'indemnité par jour à des Roms déplacés de leur campement et sans proposition de logement. "Cette annonce en Roumanie a provoqué un enthousiasme fanatique pour le départ, départ jusqu'ici limité. Des dizaines de milliers, des centaines de milliers, de ces Roms vont partir pour revenir chez nous pour y trouver le pactole. En effet, 75 euros par jour et par tête, c'est le miracle pour eux", a-t-il commenté.

"Et un jour peut-être serez-vous obligés de débaptiser la Promenade des Anglais pour l'appeler la Romenade tant ils seront nombreux à avoir répondu à l'appel qui leur a été lancé, je suppose par le Syndicat de la magistrature", a-t-il ajouté. Lors de son précédent voyage à Nice, Jean-Marie Le Pen avait aussi pronostiqué : "Je vous annonce que dans le courant de l'année 2014, il viendra à Nice 50 000 Roms au moins car à partir du 1er janvier, les 12 millions de Roms qui sont situés en Roumanie, en Bulgarie et en Hongrie auront la possibilité de s'établir dans tous les pays d'Europe".

Ce nouveau dérapage verbal du fondateur du Front national entraîne déjà de vives réactions. Ainsi, SOS Racisme a annoncé avoir déposé plainte auprès du tribunal de grande instance de Nice pour "provocation à la haine et à la discrimination ethniques, non suivie d'effet". Faisant fi du dépôt de plainte de SOS Racisme ("c'est leur métier de lutter contre les nationaux"), Jean-Marie Le Pen persiste et signe. "J'ai dit que leur présence était urticante. C'est vrai que pratiquement dans toutes les communes où ils s'installent de façon arbitraire, c'est ressenti par la population d'une façon urticante. Quant aux gens qui ont critiqué l'emploi du mot odorant, ils devraient se référer au Larousse, parce qu'ils verraient d'ailleurs la différence entre odorant et malodorant", a-t-il lancé. La classe politique ne devrait pas manquer de critiquer, analyser, décortiques ces propos. 

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !