Jean-Marc Ayrault répond à José Manuel Barroso : "l'exception culturelle n'a rien de réactionnaire" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Jose Manuel Barroso avait suscité la polémique
Jose Manuel Barroso avait suscité la polémique
©Reuters

Piques et polémique

Jean-Marc Ayrault répond à José Manuel Barroso : "l'exception culturelle n'a rien de réactionnaire"

Dans un entretien publié lundi, José Manuel Barroso a violemment critiqué la volonté française d'exclure le secteur audiovisuel du mandat de négociations commerciales de la Commission avec les États-Unis.

La classe politique française ne digère pas les propos de José Manuel Barroso. Pour de nombreux hommes politiques, le président de la Commission européenne aurait dû tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Il "est allé trop loin" entendait-on à l'Assemblée ce mardi. Une position partagée à la tribune par Jean-Marc Ayrault.

Le Premier ministre a répliqué fortement en assurant que défendre l'exception culturelle dans le cadre d'un traité commercial avec les États-Unis n'avait "rien de réactionnaire"; Pour lui, bien au contraire, cela montre une "ouverture aux cultures du monde". "La France n'est pas isolée contrairement à ce qu'on a pu lire ici ou là", a déclaré le Premier ministre. "Elle s'est battue avec conviction et a emporté l'adhésion", a ajouté Jean-Marc Ayrault.

Selon lui, "il appartient désormais à la Commission et à son président de mettre en oeuvre ce qui a été décidé à l'unanimité par le Conseil européen et rien d'autre". "On dit qu'un mandat (de négociation) peut être revu. Bien sûr cela peut être discuté en cours de négociation mais toute évolution devra être prise dans les mêmes conditions politiques", a-t-il indiqué, assurant que Paris "maintiendrait toujours la même position, la préservation de l'exception culturelle". 

Fin de la polémique donc ? Oui d'après l'entourage de François Hollande. Le président de la République s'est expliqué avec José Manuel Barroso et 'tout est rentré dans l'ordre".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !