Jean-Marc Ayrault ne veut pas que ses ministres soient candidats en 2014 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le ministre de l'Education nationale souhaite être tête de liste dans le sud-est aux européennes.
Le ministre de l'Education nationale souhaite être tête de liste dans le sud-est aux européennes.
©Reuters

Eviter un massacre

Jean-Marc Ayrault ne veut pas que ses ministres soient candidats en 2014

Dans le viseur : Vincent Peillon, qui a annoncé son intention de conduire une liste aux élections européennes.

Qu'il s'agisse des municipales ou des européennes, Jean-Marc Ayrault souhaite dissuader les membres de son gouvernement de se présenter aux élections de 2014, rapporte L'Express. Principal concerné : Vincent Peillon. Le ministre de l'Education nationale a annoncé le 10 octobre son intention d'être tête de liste PS dans le sud-est aux européennes.

Le Premier ministre chercherait ainsi à préserver ses ministres, car une défaite électorale pourrait les obliger à démissionner de leur portefeuille, souligne Le Figaro. En 2012, l'exécutif avait autorisé 26 de ses ministres à se présenter aux législatives à une condition : tout candidat battu ne pourra pas rester au gouvernement. 

"Aucune règle n'a en revanche été fixée pour cette nouvelle période de campagne", précise le site du quotidien. Malgré sa défaite à la primaire socialiste à Marseille, Matignon a rappelé que la ministre déléguée aux Personnes handicapées Marie-Arlette Carlotti avait "toute sa place au sein du gouvernement".

S'agissant des municipales, le gouvernement ne parvient pas à décoller dans les enquêtes d'opinion. Selon un sondage publié fin septembre par le JDD, 26% des Français voteront "pour sanctionner" la politique de François Hollande.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !