Jean-Marc Ayrault : "le temps est venu d'une remise à plat de notre fiscalité" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Jean-Marc Ayrault a annoncé le lancement d'une "remise à plat" de la fiscalité française
Jean-Marc Ayrault a annoncé le lancement d'une "remise à plat" de la fiscalité française
©Reuters

C'est l'heure

Jean-Marc Ayrault : "le temps est venu d'une remise à plat de notre fiscalité"

Dans un entretien aux Echos, le Premier ministre a aussi affirmé qu'il n'est "pas question" de revenir sur les hausses de TVA.

"Le système fiscal français est devenu très complexe, quasiment illisible, et les Français, trop souvent, (...) ne sont pas convaincus que ce qu'ils paient est juste." Jean-Marc Ayrault l'a admis dans un entretien aux Echos mis en ligne lundi. Selon le Premier ministre, "le temps est venu d'une remise à plat, en toute transparence, de notre système fiscal". Une promesse phare du candidat Hollande.

Le chef du gouvernement a assuré que cet exercice - qu'il entend mettre en oeuvre pour préparer le budget 2015 - se fera "à prélèvements obligatoires constants". "Jusqu'ici, nous avons répondu à l'urgence pour redresser la barre, il nous faut désormais bâtir pour l'avenir", a-t-il expliqué, soulignant que l'impôt est "un acte citoyen".

Jean-Marc Ayrault souhaite engager un débat qui englobera la question d'une fusion entre impôt sur le revenu et CSG, promise par François Hollande pendant sa campagne mais restée lettre morte. "L'objectif, c'est de parvenir à des règles plus justes, plus efficaces et plus lisibles", a insisté le Premier ministre.

Ce dernier a par ailleurs précisé qu'il n'est "pas question" de revenir sur les hausses de TVA prévues au 1er janvier, car "ce serait revenir sur la baisse du coût du travail".

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !