Jean-Luc Mélenchon jugé pour avoir traité Marine Le Pen de "fasciste" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-Luc Mélenchon jugé pour avoir traité Marine Le Pen de "fasciste"
©

Ennemis jurés

Jean-Luc Mélenchon jugé pour avoir traité Marine Le Pen de "fasciste"

Le coprésident du Parti de gauche avait tenu ces propos en 2011 sur i-Télé, réagissant à un sondage qui donnait Marine Le Pen en tête au premier tour de la présidentielle de 2012.

Jean-Luc Mélenchon est poursuivi en justice ce jeudi pour avoir traité Marine Le Pen de "fasciste". Le coprésident du Parti de gauche avait tenu ces propos le 5 mars 2011 sur i-Télé, réagissant à un sondage qui donnait Marine Le Pen en tête au premier tour de la présidentielle de 2012. "Nous sommes en train d'en parler alors que c'est aussi stupide que si le père Noël était en tête", avait déclaré le leader du PG, "Tout ça est une guignolisation de la vie politique, absolument invraisemblable". La présidente du Front national avait alors porté plainte.

Selon son avocate, Me Raquel Garrido, Jean-Luc Mélenchon se présentera devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, pour y expliquer, comme il l'avait fait lors de sa mise en examen, que "fasciste n'est pas une injure" mais "une caractérisation politique". Marine Le Pen cherche à "faire interdire ce mot" pour la caractériser dans le cadre de la "dédiabolisation" du FN, selon Me Garrido, qui dénonce une "stratégie purement politique" et "liberticide".

Marine Le Pen ne devrait pas être présente au procès, selon son avocat, Me Wallerand de Saint-Just, pour qui le débat est "très juridique et très technique". Le caractère injurieux des propos attaqués ne fait selon lui aucun doute, car il s'agit de "l'imputation péjorative d'une opinion politique illicite réprouvée". Ou alors "il va falloir" que Jean-Luc Mélenchon "vienne nous plaider que le fascisme, c'est une doctrine politique comme les autres", estime Me de Saint-Just. Selon lui, "la gravité de l'injure est telle" que la plus grande liberté d'expression admise dans le cadre de la polémique politique ne doit pas être retenue.

Lu sur Yahoo!

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !