Aillagon quitte Versailles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Aillagon quitte Versailles
©

Roi déchu

Aillagon quitte Versailles

L'ancien ministre de la Culture ne sera plus le président du Château de Versailles dans un mois. Catherine Pégard devrait le remplacer.

Il avait résisté à la ferme volonté de Xavier Darcos d'obtenir la présidence du Château de Versailles quand celui-ci avait quitté le gouvernement. Il est finalement rattrapé par la limité d'âge.

Jean-Jacques Aillagon, 65 ans, va quitter le poste qu'il occupait depuis 2007. L'ancien ministre de la Culture l'a lui-même annoncé à ses collaborateurs dans une lettre qu'il a reproduite en partie sur son blog :

J'ai l'honneur de vous informer que c'est dans un mois très exactement, le 30 septembre prochain, que je devrai faire valoir mes droits à la retraite. Je quitterai alors notre établissement avec le regret de m'éloigner de vous dont j'ai pu et su, au cours des quatre années écoulées, apprécier les qualités et le dévouement.

M. Aillagon était atteint par la limite d'âge des présidents d'établissements publics. Un décret du Conseil d'Etat aurait été nécessaire pour qu'il reste à son poste. Le gouvernement en a décidé autrement.

Jean-Jacques Aillagon pourrait connaître son successeur dès le prochain Conseil des ministres. Ce devrait être Catherine Pégard, 57 ans, actuellement conseillère du président de la République et jadis rédactrice en chef du Point.

Le mandat de M. Aillagon à la présidence du Château de Versailles restera marqué par de profondes restaurations, des expositions temporaires à succès et le développement du mécénat. Un mandat au cours duquel plusieurs artistes contemporains ont été invités à exposer à Versailles, comme Jeff Koons ou Haruki Murakami. Ce qui ne fut pas sans susciter quelques polémiques...

Lu sur AFP via Google News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !