Jean-François Copé se rêve en ministre de François Fillon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-François Copé se rêve en ministre de François Fillon
©Reuters

Espoir

Jean-François Copé se rêve en ministre de François Fillon

"En cas de victoire, il faudra compter avec moi, et je n’accepterais pas n’importe quoi", a déclaré au Point le maire de Meaux.

Il y a cinq ans, François Fillon et Jean-François Copé étaient en guerre. En 2012, le député-maire de Meaux se disputait en effet avec François Fillon la présidence de l’UMP. Ils se sont affrontés à nouveau lors de la primaire de la droite. Mais tout ceci semble bien loin. Après l'annonce de sa mise en examen, François Fillon a vu de nombreux soutiens le quitter, mais pas Jean-François Copé.

"Ça ne me paraît pas illogique…"

Pour prouver sa fidélité à son ancien adversaire, il a même organisé une journée dans sa ville de Meaux, dégustation de brie à l’appui. Le week-end dernier, lors du grand meeting parisien de Fillon, porte de Versailles, Jean-François Copé a même donné de sa personne pour se rapprocher physiquement de François Fillon. Avant le début de la réunion, il a discrètement avancé sa chaise et s'est ainsi retrouvé au premier rang, où il était en plein dans l'axe des caméras, rapporte Le Point.

Tant d'effort mais qu'elle serait la récompense ? Un ministère dans le gouvernement de François Fillon, si celui-ci rapporte l'élection présidentielle le 7 mai ? En tout cas c'est qu'a insinué Jean-François Copé dans les colonnes du Point.  "En cas de victoire, il faudra compter avec moi, et je n’accepterais pas n’importe quoi", a-t-il lancé au quotidien. A la question s'il évoque l’hypothèse d’un ministère, Jean-François Copé répond : "Ça ne me paraît pas illogique…" Ainsi, même si il a renoncé à être candidat aux prochaines élections législatives, il n'a  pas mis une croix sur la politique. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !