Jean-François Copé demande à François Fillon et à ses amis "d'éviter des réflexes un peu infantiles" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-François Copé demande à François Fillon et à ses amis "d'éviter des réflexes un peu infantiles"
©

Guerre froide

Jean-François Copé demande à François Fillon et à ses amis "d'éviter des réflexes un peu infantiles"

Invité par le Talk Orange-Le Figaro, il était interrogé sur une possible démarche des fillonistes pour l'évincer de la présidence de l'UMP.

Période trouble pour Jean-François Copé. Le président de l'UMP n'aborde pas les élections municipales, programmées dimanche, dans les meilleures conditions. A trois jours du premier tour, le maire de Meaux tente cependant de garder le cap et de maintenir l'unité au sein du parti. Pourtant, les rumeurs d'un putsch mené par les partisans de François Fillon sont nombreuses.

Invité par le Talk Orange-Le Figaro, le président du parti d'opposition est revenu sur ces rumeurs. "Je ne souhaite pas du tout polémiquer. Ce qui compte, je le dis à tous mes amis, c'est que quand on veut demander des comptes, on les demande au gouvernement. (...) J'ai été élu en novembre 2012, il y a eu mystification terrible de triche qui n'avait jamais existé, j'ai fait le choix de ne pas répondre pour ne pas envenimer. Les militants ont voté à nouveau et pas de manière étroite : 93 % ont voté pour que je poursuive mon mandat jusqu'à son terme, fin 2015" a expliqué fermement Jean-François Copé, qui n'entend donc pas renoncer.

Pour lui, il est nécessaire que l'UMP se recentre sur l'objectif, à savoir les municipales. "Pendant toute cette année 2013, on a apaisé, formé des candidats au combat, élaboré un projet. Nous sommes au cœur du combat, je demande à tous de faire oeuvre d'esprit de responsabilité et d'éviter des réflexes un peu infantiles à un moment où il faut être au combat pour la France" a-t-il martelé. 

Même si l'unité a semblé un temps été retrouvée, les luttes intestines perdurent apparemment à l'UMP. S'il n'entend pas céder sa place, il semble que Jean-François Copé soit contraint de s'expliquer prochainement sur la situation du parti. Les fillonistes souhaitent en tout cas qu'il rende des comptes au plus vit, une position difficile à tenir pour le président de l'UMP qui, en cas de contre-performance aux municipales, pourrait encore la voir se fragiliser.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !