Jean-François Copé contre-attaque : il s'engage à "mettre à disposition" la comptabilité de l'UMP si les autres partis en font autant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-François Copé, président de l'UMP.
Jean-François Copé, président de l'UMP.
©Reuters

Suite du feuilleton

Jean-François Copé contre-attaque : il s'engage à "mettre à disposition" la comptabilité de l'UMP si les autres partis en font autant

Le président de l'UMP s'est défendu contre les accusations de favoritisme qui pèsent sur lui.

Son discours était attendu depuis quelques heures. Ce lundi, à 11h33, Jean-François Copé a décidé de prendre la parole pour se défendre des accusations de favoritisme qui pèsent contre lui. La semaine passée, "l'affaire Copé" mise en lumière par Le Point avait fait beaucoup de bruit. Le président de l'UMP ne le supporte pas et voulait riposter. Il l'a donc fait dans une déclaration solennelle.

"Je fais l'objet d'une campagne de presse agressive, haineuse. L'UMP fait l'objet d'attaques incessantes. Depuis quelques jours, je dois faire face à des articles, des reportages déraisonnés qui ne respectent pas les règles de la déontologie. Ma personne et mes proches sont victimes d'une véritable chasse à l'homme."

"Je ne suis dupe de rien, les Français non plus, à quelques semaines d'un scrutin important. On exige de moi et à moi seul de s'expliquer de tout et de rien. On demande à l'UMP de se justifier de tout et de rien également, c'est intolérable. (...) Certains organes de presse utilisent les pires méthodes, proches de l'inquisition. Ils justifient leur vendetta par deux mots : transparence et démocratie". 

"Les victimes de ce triste spectacle sont les Français lassés de ce cirque médiatique. Nous nous devons de mettre un terme à ce climat nauséabond. Nous devons refonder notre république. J'ai décidé de prendre aux mots ces donneurs de leçon. J'ai décidé de mettre à disposition l'intégralité de tous les comptes de l'UMP. Pour que cette transparence soit totale, elle doit s'appliquer à tous les acteurs de la vie politique".

"Je déposerai sur le bureau de l’Assemblée nationale une proposition de loi très simple. Elle demandera à chaque parti ayant des représentants nationaux ouvrant droit à un financement public de mettre à la disposition de ceux qui le souhaitent les documents comptables de leurs partis, et ce depuis 2007"

De son côté, Jérôme Lavrilleux annonce que la plainte contre le Point, annoncée par Jean-François Copé après les révélations de l'hebdomadaire, sera effective demain matin à 10h.

 

L'UMP fait front commun autour de son président :

A gauche, par contre, le scepticisme est de rigueur :

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !