Jean-François Copé : "on avait prévenu les Français" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-François Copé tance François Hollande et son gouvernement
Jean-François Copé tance François Hollande et son gouvernement
©Reuters

Interview

Jean-François Copé : "on avait prévenu les Français"

Le président de l'UMP était l'invité d'Europe 1 ce vendredi matin. Il en a profité pour revenir sur l'affaire Guéant mais aussi sur l'anniversaire de François Hollande à la tête du pays.

Sur l'affaire Guéant

"Je n'ai aucune raison de douter de la sincérité de Claude Guéant. (...) Par principe, je respecte la présomption d'innocence".

La présidence Hollande

"D'abord, on a fait notre période de deuil, comme toujours quand un grand parti de gouvernement est désavoué par le pays et au lendemain de cette période de deuil, nous avons décidé de tourner la page et de nous remettre au travail. (...) Avec les mois qui ont passé, il y a aussi ce sentiment qu'on avait prévenu les Français".

Affaire Dailymotion

"La politique industrielle de ce gouvernement est incompréhensible". Pour lui, le message envoyé par le blocage de ce rachat, c'est: "il ne faut plus investir en France. (...) On fait rire les autres pays par notre inconstance. (...) Personne ne reprochera à un gouvernement de vouloir évidemment servir en premier les intérêts de son économie. Ce qui est problématique aujourd'hui, c'est qu'il n'y a pas de réflexion industrielle, il y a un coup de communication de Montebourg".

Les élections municipales 2014

"Notre objectif est de gagner les élections de 2014 car la situation est tellement difficile que notre but est de mobiliser les Français. (...) Je propose un changement complet, les Français doivent entendre une autre musique".


Copé : "On avait prévenu les Français, on leur...par Europe1fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !