Jean-François Copé : le président de l'UMP donne la leçon à Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-François Copé : le président de l'UMP donne la leçon à Hollande
©

Politique fiction

Jean-François Copé : le président de l'UMP donne la leçon à Hollande

Lors de son discours de rentrée, il a ainsi détaillé les grandes réformes que la droite déciderait par ordonnances au cours des six premiers mois après son retour au pouvoir.

A gauche comme à droite, les vacances sont terminées. Ainsi, au Parti socialiste, l'université d'été de La Rochelle vient acter le retour aux manœuvres du gouvernement. De son côté, Jean-François Copé a officialisé son retour par un discours ce dimanche à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône). Et pour un retour, quel retour ! Le président de l'UMP a tiré à boulets rouges sur les socialistes. Tout d'abord, le député-maire de Meaux a indiqué vouloir "infliger une sanction massive" à la gauche lors des élections municipales de 2014. Défaite qui devrait ainsi forcer François Hollande à changer de politique, en particulier économique.

Mais Jean-François Copé s'est également projeté en 2017, année de la prochaine élection présidentielle. Il a détaillé les grandes réformes que la droite déciderait par ordonnances au cours des six premiers mois après son retour au pouvoir. Et cela sonne comme une leçon de présidence à l'encontre de François Hollande. Ainsi, selon le patron du principal parti d'opposition, il y aura "cinq grands chantiers à conduire pour redonner plus de liberté aux Français". Il faudra tout d'abord "libérer l'école, avec plus d'autonomie pour les équipes de terrain, afin de les responsabiliser et qu'elles rendent des comptes", "libérer" également le travail "pour faciliter l'embauche et sortir définitivement des 35 heures".

Il faudra, dit-il, "libérer les Français d'une fiscalité oppressante, en baissant drastiquement la dépense publique". Pour cela, "il faudra revenir sur toutes les hausses d'impôts et de charges décidées par François Hollande et l'assumer", a assuré Jean-François Copé face aux militants. "Nous devrons baisser de 10% les dépenses publiques", soit 130 milliards d'euros en moins, a-t-il ajouté.

Autres objectifs : "libérer les générations à venir du fardeau de la dette, en réformant en profondeur notre modèle social, avec la dégressivité des allocations chômage, avec une obligation de travail hebdomadaire pour ceux qui touchent le RSA, avec des sanctions renforcées contre la fraude, et bien sûr, avec une vraie réforme des retraites, qui acte le report à 65 ans de l'âge de départ à la retraite, et une fusion progressive du régime général et de celui de la fonction publique" . "François Hollande leur avait promis de réenchanter le rêve. On voit les résultats : l'explosion du chômage, des impôts, de la délinquance et hélas du communautarisme", a dénoncé le président de l'UMP.

Le député-maire de Meaux s'est enfin montré confiant quant à l'avenir de l'UMP. "Les conditions sont réunies pour qu'on fasse des municipales un succès, mais il ne faut pas que notre discours soit d'eau tiède", a recommandé le patron du principal parti d'opposition. "L'UMP va de mieux en mieux", a-t-il martelé. "Mon intuition, c'est que les Français, au bout de cinq ans de socialisme, vont aspirer à retrouver la liberté". Réponse aux prochaines élections.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !