Jean-Christophe Cambadélis répond : une primaire à gauche n'est "pas impossible" mais "peu probable" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Christophe Cambadélis répond : une primaire à gauche n'est "pas impossible" mais "peu probable"
©Reuters

Direct

Jean-Christophe Cambadélis répond : une primaire à gauche n'est "pas impossible" mais "peu probable"

Sur France Info, le premier secrétaire du PS a voulu réagir après la publication d'une tribune dans Libération d'intellectuels de gauche et écologistes.

La porte s'est déjà un peu refermée. Ce lundi matin sur France Info, Jean-Christophe Cambadélis a jugé "pas impossible" mais "peu probable" l'hypothèse d'une primaire "des gauches et de l'écologie" en vue de 2017. Une réponse rapide apportée à la tribune publiée dans Libération par des intellectuels et des dirigeants écologistes qui souhaitent cette option.

A LIRE AUSSI - Etat d’urgence et réforme de la Constitution : les parlementaires de gauche en colère peuvent-ils vraiment faire chuter Hollande au Congrès ?

"Tout ce qui permet d'unir la gauche et les écologistes est positif. Mais franchement, je trouve que cette primaire, elle n'est pas impossible mais elle est peu probable" a expliqué le premier secrétaire du PS. "Soit c'est la primaire de toute la gauche, on va dire de Macron à Mélenchon - c'est la seule qui fonctionne, celle qui permet de gagner l'élection - mais je suis pas sûr que tous les acteurs soient d'accord. Soit c'est une primaire pour départager Cécile Duflot, Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon et vous comprendrez que les socialistes n'en soient pas. Donc il faut travailler à l'union mais ce n'est pas la bonne manière", a-t-il aussi indiqué.

Même s'il a rappelé que les choses sont "ouvertes", il a estimé que "si le président de la République était candidat", les socialistes doivent être "rassemblés derrière lui". Quant à l'"alliance populaire" souhaitée par le Premier secrétaire du PS, "cela n'a rien à voir. Il s'agit d'une stratégie de dépassement du Parti socialiste". "Quand il y a le tripartisme, l'équation ce n'est pas de rassembler au deuxième tour, c'est d'être au deuxième tour. Il faut s'élargir et donc le Parti socialiste doit s'élargir" a conclu Jean-Christophe Cambadélis.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !