Jean-Christophe Cambadélis, maintenu à la tête du PS, n'écarte pas une primaire à gauche pour 2017 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Christophe Cambadélis, maintenu à la tête du PS, n'écarte pas une primaire à gauche pour 2017
©Reuters

Facile !

Jean-Christophe Cambadélis, maintenu à la tête du PS, n'écarte pas une primaire à gauche pour 2017

Elu premier secrétaire par les militants, il entend désormais relancer les socialistes.

Pas de surprise, pas d'effusion de joie. Le grand favori a gagné. Jeudi soir, Jean-Christophe Cambadélis a été tranquillement élu premier secrétaire du parti socialiste avec plus 70 % des voix, devançant ainsi le frondeur Christian Paul. Placé à la tête du PS en avril 2014 pour remplacer Harlem Désir, entré au gouvernement, le vainqueur obtient enfin la légitimité des militants, même si la participation n'a atteint péniblement que les 50 % des votants, soit 60 000 personnes.

A LIRE AUSSI - Cambadélis élu à la tête du PS : opération défrondisez les frondeurs

Avec cette élection et le vote de la motion A, le gouvernement a donc les coudées franches pour aborder sereinement le congrès du parti, début juin à Poitiers. La motion C et la motion D, qui ont recueillies toutes les deux 10 % des voix sont désormais invitées à rejoindre les instances. Quant à la motion B, celle des frondeurs, elle devrait forcément électriser le rassemblement des socialistes. "Nous prendrons toute notre place dans l’action quotidienne du PS, conscients que les propositions de réformes que nous défendons pour les deux années à venir sont partagées par la majorité des socialistes," a ainsi promis Christian Paul.

Interrogé par Le Monde après sa victoire, Jean-Christophe Cambadélis a néanmoins évoqué la "possiblité" d'une primaire à gauche en 2017. "Elle ne figure pas dans la motion, mais elle reste une possibilité" affirme-t-il. "Nous avons les mains libres, il y aura un conseil national à l’automne 2016 pour trancher cette décision. Nous devons nous demander ce qui est le plus efficace pour notre candidat. Est-ce de passer ou non par une primaire si c’est le président de la République qui se présente, ce que j’appelle de mes vœux ?"

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !