Jean-Christophe Cambadélis : "les abstentions de Hamon et Filippetti lors du vote du budget posent problème, c'est déplorable" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Christophe Cambadélis a critiqué Aurélie Filippetti et Benoît Hamon
Jean-Christophe Cambadélis a critiqué Aurélie Filippetti et Benoît Hamon
©Capture RTL

Remonté

Jean-Christophe Cambadélis : "les abstentions de Hamon et Filippetti lors du vote du budget posent problème, c'est déplorable"

Le Premier secrétaire du parti socialiste a vivement critiqué les attitudes des deux ex-ministres ce mercredi matin sur RTL.

Jean-Christophe Cambadélis n'a pas mâché ses mots ce mercredi matin sur RTL. Il a tancé Benoît Hamon et Aurélie Filippetti après leur abstention sur le budget 2015. "Une attitude déplorable" selon lui. Le Premier secrétaire du PS était tout aussi remonté sur le cas de Gérard Filoche. 

Budget 2015 et les frondeurs

"39 députés fraondeurs, c'est trop ! Même si on sait qu'ils peuvent être 50 en tout. Mais je distingue ceux qui depuis le début contestent les projets de Manuel Valls, et ceux qui ont fait partie du gouvernement qui se sont désolidarisés. On ne peut pas trouver l'arbitrage juste quand on est au gouvernement et puis après en prendre ses distances. Ce n'est pas loyal par rapport à son camp. Ce n'est pas une bonne image pour la politique. Ce n'est pas bon pour le PS, ce n'est pas bon pour la France. C'est une attitude déplorable. J'assume mes propos".

"La confiance à Manuel Valls est acquise. Il y a une majorité qui n'est pas absolue. Ce n'est pas la première fois. Je suis prêt à discuter avec ces députés. Je crois que ce budget était le moins critiquable. Ce que je n'accepte pas c'est cette espèce de double attitude. On est en soumission quand on est au gouvernement et en permission après. Non".

Martine Aubry 

"Je ne pense pas que Martine Aubry ait influencé le vote. Elle n'a pas donné de consignes. Elle a donné un signe d'inflextion de la politique qui doit être menée. Elle ne veut pas prendre la tête des frondeurs. (...) Elle a critiqué l'ouverture des magasins le dimanche, moi je pense que l'ouverture le dimanche est possible sur des zones de tourisme définies. C'est possible". 

Les propos de Gérard Filoche après la mort de Christophe de Margerie

"J'ai été choqué et j'ai dit au bureau national qu'il y avait une violence des mots et que le PS devait se départir de ces attitudes. Je l'ai déféré devant la haute autorité de ma formation politique. Il a commis une grande faute, c'est la haute autorité qui va prendre une décision et verra s'il y a sanction ou pas. Cela peut être l'exclusion du parti".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !