Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©ludovic MARIN / AFP / POOL

Le bout du tunnel

Jean Castex confirme une réouverture "autour du 1er décembre" des commerces

"Nous ne rouvrirons pas autour du 1er décembre les restaurants et les bars", a ajouté le Premier ministre.

La fin du calvaire se précise pour les commerces fermés depuis le 28 octobre et la mise en place d'un nouveau confinement. Le Premier ministre, Jean Castex, a confirmé ce samedi 21 novembre qu'une réouverture "autour du 1er décembre" des commerces est envisagée. Cela ne sera pas le cas pour les restaurants et les bars, a-t-il ajouté.

"N'attendez pas ce matin de moi une date précise, parce que mon indicateur, ce sont les critères sanitaires", a expliqué le chef du gouvernement à une délégation de commerçants et d'artisans réunis à la préfecture de côte-d'Or à Dijon. Mais "ils sont orientés dans le bons sens" et "en début de semaine prochaine, on devrait avoir une vision consolidé", leur a-t-il dit. Des annonces devraient être faites par Emmanuel Macron à ce moment-là. Le chef de l'Etat doit en effet s'exprimer à 20 heures le 24 novembre sur un assouplissement des mesures de confinement et notamment sur la réouverture des petits commerces.

"Nous avons des priorités. Effectivement nous rouvrirons les commerces qui ne sont pas de première nécessité autour du 1er décembre. Nous ne rouvrirons pas autour du 1er décembre les restaurants et les bars. On ne peut pas", a expliqué Jean Castex. De ce fait, le gouvernement poursuit "la discussion avec eux pour leur donner de la visibilité et les accompagner".

Les lieux de culte devraient aussi rouvrir à cette date.

"On doit organiser notre résilience et éviter d'avoir à nouveau à reprendre des mesures de serrage, dont vous pâtissez et dont pâtissent aussi les finances publiques", a souligné Jean Castex, qui a également estimé que l'activité économique avait diminué "trois fois moins" que lors du confinement au printemps.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !