Italie : le Premier ministre Enrico Letta démissionne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Italie : le Premier ministre Enrico Letta démissionne
©

Crise à Rome

Italie : le Premier ministre Enrico Letta démissionne

Il devrait être remplacé par Matteo Renzi, le chef du Parti démocrate (centre-gauche).

Nouvelle crise gouvernementale en Italie. Le Premier ministre Enrico Letta a été forcé à démissionner de son poste ce jeudi. Forcé ? En effet, il a été mis sous pression par un vote interne à son parti (le Parti démocrate, PD) qui a exigé un changement de gouvernement. C'est d'ailleurs le leader de cette formation de centre-gauche, Matteo Renzi, qui devrait lui succéder. En clair, sous la pression de ce dernier, les membres du PD ont déposé une motion demandant d'"ouvrir une phase nouvelle avec un exécutif nouveau soutenu par la majorité actuelle", avec le centre-droit. Elle a été approuvée à une très large majorité de 136 voix (sur un peu plus de 150).

Matteo Renzi, maire de Florence de 39 ans, a rendu hommage à Enrico Letta "pour l'important travail accompli" et a justifié cette manœuvre politique. Il a en effet jugé nécessaire et urgent de "changer d'horizon et de rythme" tout en exhortant les autres membres de la direction de son parti  à "prendre le risque du changement" et à "sortir des marécages". S'il n'a pas donner de détails sur le contenu de son futur programme, le prochain chef du gouvernement a évoqué un "projet de relance radicale, de changement profond".

Seule certitude : pas question de revenir aux urnes. Selon lui, des élections "ne réussiraient pas à résoudre les problèmes du pays en l'absence d'une loi électorale garantissant une majorité certaine". Et de se fixer comme horizon la fin de la législature en 2018.

lu sur Challenges.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !