Israël rompt le dialogue avec la Palestine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Benyamin Nétanyahou
Benyamin Nétanyahou
©Reuters

Nouvelle cassure

Israël rompt le dialogue avec la Palestine

"Israël va prendre un certain nombre de mesures en réponse aux gestes unilatéraux" de la Palestine a précisé Benyamin Nétanyahou.

Israël a décidé ce jeudi de suspendre les négociations de paix avec les Palestiniens, à la suite de l’accord de réconciliation inter-palestinien, selon une source officielle. Le mouvement islamiste palestinien Hamas, bête noire d’Israël qui le considère comme une organisation terroriste, a signé mercredi à Gaza un nouvel accord de réconciliation avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) du président Mahmoud Abbas qui prévoit la formation d’un gouvernement de "consensus national" et la tenue d’élections à la fin de l’année.

"Le cabinet a décidé à l’unanimité que le gouvernement israélien ne négociera pas avec un gouvernement palestinien s’appuyant sur le Hamas, une organisation terroriste qui appelle à la destruction d’Israël", explique un communiqué du bureau du Premier ministre Benyamin Nétanyahou. "En outre, Israël va prendre un certain nombre de mesures en réponse aux gestes unilatéraux" des Palestiniens, ajoute le communiqué. Il n'y a, pour l'heure, pas de précisions sur le contenu de ces "mesures".

"Au lieu de choisir la paix, Abou Mazen (le surnom de Mahmoud Abbas) a conclu un pacte avec une organisation terroriste meurtrière", accuse le communiqué israélien. "Quiconque choisit la terreur du Hamas ne veut pas la paix", insiste-t-il. Le Hamas est également considéré comme une "organisation terroriste" par les Etats-Unis et l’Union européenne. Cet accord a été signé au moment où les négociations de paix entre Israël et l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas sont dans l’impasse, aucun résultat tangible n’ayant été enregistré depuis leur reprise en juillet 2012 sous l’égide des Etats-Unis.

Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !