Israël/Gaza : Obama hausse le ton et demande à son allié d'accepter un cessez-le-feu "immédiat et sans conditions" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Israël/Gaza : Obama hausse le ton et demande à son allié d'accepter un cessez-le-feu "immédiat et sans conditions"
©

Stop

Israël/Gaza : Obama hausse le ton et demande à son allié d'accepter un cessez-le-feu "immédiat et sans conditions"

Les camps ont observé une trêve dimanche. Aucune roquette n'a été tirée de la bande de Gaza, tandis qu'Israël n'a mené aucun raid aérien depuis plusieurs heures.

Cette fois, Barack Obama en personne a décidé d'intervenir. Alors que John Kerry a rencontré plusieurs acteurs du conflit pour demander la fin du conflit, le président américain est monté au créneau réclamant à son allié israélien d'accepter un cessez-le-feu "immédiat et sans conditions" avec le Hamas. Dimanche, les camps ont observé une trêve dimanche. Aucune roquette n'a été tirée de la bande de Gaza, tandis qu'Israël n'a mené aucun raid aérien depuis plusieurs heures.

Dans un communiqué, Barack Obama a clairement exprimé auprès du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu "l'impératif stratégique de mettre en place un cessez-le-feu humanitaire immédiat et sans conditions qui mette fin dès à présent aux affrontements et conduise à un arrêt permanent des hostilités". Une demande appuyée par le Conseil de sécurité de l'ONU qui, réuni en urgence a adopté dans la nuit une déclaration unanime appelant aussi à la fin des hostilités dans la Bande de Gaza. Le pape François a également appelé au cesse-le-feu. "Arrêtez-vous! S'il vous plaît, je vous le demande de tout mon coeur, il est temps de vous arrêter, arrêtez-vous" a-t-il lancé. 

Ban Ki-Moon, le secrétaire général de l'ONU a de son côté répété "dans les termes les plus fermes" la nécessité d'étendre la trêve observée pendant douze heures samedi. 1 030 Palestiniens ont été tués depuis le début du conflit. 43 soldats israéliens et trois civils ont perdu la vie. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !