Islande : ce qu'une victoire du parti Pirate pourrait changer pour le monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le parti Pirate, en Allemagne
Le parti Pirate, en Allemagne
©Reuters

Attention !

Islande : ce qu'une victoire du parti Pirate pourrait changer pour le monde

Le parti contestataire arrive en tête des intentions de vote alors que les élections législatives ont lieu ce samedi.

Avec ses 320 000 habitants, l'Islande fait figure de petit poucet mondial. Pourtant, outre son équipe de foot, l'île nordique pourrait frapper un grand coup sur les relations diplomatiques mondiales. Ce samedi, ont lieu les élections législatives du pays et le favori des sondages est le parti Pirate, une formation contestataire qui a profité des déboires des partis traditionnels, éclaboussés par les "Panama papers", pour s'imposer dans le champ politique.

Le parti Pirate axe son programme sur le partage de la culture, des données, de l'information. Une première mesure que pourrait prendre l'Islande serait ainsi d'accorder l'asile politique, voire la citoyenneté à Edward Snowden. La tête d'affiche du parti,  Birgitta Jonsdottir, a aussi travaillé aux côté de Julian Assange, avant de considérer que le travail de Wikileaks manquait de "transparence." Elle souhaite aussi faire de l'Islande un coffre-fort du data, pour stocker les données du monde entier en toute sécurité, sans que les Etats étrangers n'y mettent leur nez. Le pays pourrait aussi devenir un laboratoire pour une constitution citoyenne, réclamée depuis la crise financière de 2008. La constitution, impliquant des centaines de citoyens, avait bien vue le jour mais avait été enterrée par le retour de la droite en 2013.

Mais une victoire à cette élection impliquera néanmoins des alliances qui pourraient bien mettre un frein à l'enthousiasme des pirates…

Lu sur l'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !