Iran : une marée noire dans le Golfe pour obliger l'Occident à lever ses sanctions contre le pays ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Iran : une marée noire dans le Golfe pour obliger l'Occident à lever ses sanctions contre le pays ?
©

Projet "Eau sale"

Iran : une marée noire dans le Golfe pour obliger l'Occident à lever ses sanctions contre le pays ?

C'est ce qu'envisagerait la République islamique selon le magazine allemand Der Spiegel.

Nom de code "Eau sale". Si cela ne vous dit rien, rien d'anormal puisqu'il s'agit d'un projet du gouvernement iranien révélé par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel. Selon le magazine, les Gardiens de le Révolution en Iran ont en effet le projet de couler un pétrolier dans le Golfe. Le but : provoquer une marée noire pour stopper le trafic et forcer l'Occident à aider à l'opération de nettoyage de l'eau. Les Gardiens de la Révolution auraient en fait avant tout pour objectif de forcer l'Occident à mettre entre parenthèses ses sanctions contre l'Iran. En effet, la République islamique commence à ressentir les effets des sanctions sur son économie. Or l'opération de nettoyage devrait nécessairement être menée avec la coopération technique de l'Iran. Et l'Occident d'être obligé de lever les sanctions imposées au pays pour le forcer à abandonner son programme nucléaire.

Mais l'Iran compte bien faire d'une pierre deux coups avec l'opération "Eau sale". Selon le magazine allemand, le pays chercherait en effet également avec ce projet mis au point par le chef des Gardiens de la Révolution, le général Mohammad Ali Jafari, et l'amiral Ali Fadavi, chef de la division navale des Gardiens, à punit les pays arabes riverains du Golfe qui apportent leur soutien à l'Occident et surtout à Israël. La date de l'opération ? Encore inconnue. Le Spiegel précise en effet que le projet "Eau sale" attend encore d'être validé par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui donnera alors une date pour son éventuelle mise en œuvre.

Lu sur La Tribune de Genève

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !