Irak : Barack Obama autorise des frappes aériennes ciblées contre les djihadistes pour éviter un "génocide" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Irak : Barack Obama autorise des frappes aériennes ciblées contre les djihadistes pour éviter un "génocide"
©

Avancée

Irak : Barack Obama autorise des frappes aériennes ciblées contre les djihadistes pour éviter un "génocide"

Cette annonce intervient alors que les djihadistes se sont emparés de plusieurs villes chrétiennes.

Barack Obama tape du poing sur la table. Le président américain a jugé qu'il était possible d'agir davantage en Irak en annonçant de possibles parachutages humanitaires et des frappes aériennes ciblées contre les djihadistes si nécessaire. Cela a pour but d'éviter un "génocide" des minorités menacées par l'Etat islamique, a-t-il indiqué. Il s'agit d'une grande première du président sur ce sujet.

Cette annonce intervient alors que les djihadistes se sont emparés de plusieurs villes chrétiennes. Dans le nord de l'Irak, des dizaines de milliers de chrétiens et de Yazidis ont été poussés à fuir face à l'avancée des extrémistes sunnites. "Nous pouvons agir, de façon responsable et prudente, pour éviter un éventuel acte de génocide", a dit Obama. Si les djihadistes avancent vers Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien, ils seront visés par les frappes, a-t-il prévenu. 

"Nous sommes confrontés à une situation où des innocents pourraient être victimes de violences terribles. Les Etats-Unis ne peuvent détourner le regard" a indiqué le président qui a encore précisé qu'il n'enverrait aucune troupe au sol dans le pays, "parce qu'il n'y a pas de solution militaire américaine à la crise" que connaît le pays depuis le début de l'offensive jihadiste début juin.

De son côté, à Rome, le pape François a lancé un appel urgent à la communauté internationale pour "protéger" les populations en fuite dans le nord de l'Irak.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !