Vers un nouvel Internet ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Vers un nouvel Internet ?
©

Tout refaire

Vers un nouvel Internet ?

Un ancien chef de la CIA préconise la construction d'un nouveau réseau plus sécurisé.

Les Etats-Unis auraient  tout intérêt à créer une nouvelle infrastructure plus sécurisée pour Internet afin de se prémunir contre les cyber-attaques.

C'est le point de vue de Michael Hayden, l'un des directeurs de la CIA sous George W. Bush. D'autres responsables américains, avec lui, préconisent la création d'un réseau ".secure", pour les activités bancaires ou les sites du gouvernement par exemple. Il s'agirait de dresser un mur derrière lequel seuls les utilisateurs dûment identifiés pourraient pénétrer. Ce serait alors la fin de l'anonymat pour une partie du Web (les .com ou .net resteraient, eux, régis par les principes actuels).

Cette idée contredit le IVe amendement de la Constitution des Etats-Unis au terme duquel, par exemple, les autorités sont tenues de disposer d'un mandat pour accéder aux informations privées des citoyens américains, y compris pour ouvrir des mails.

D'autres experts préconisent un réseau à trois niveaux : un domaine ".secure" sur lequel tout doit être public, un palier intermédiaire (.edu) qui demanderait moins d'informations d'ordre privée, et l'espace actuel (dit du ".com").

Inutile de dire que les critiques pleuvent sur cette proposition. D'aucuns la jugent irréaliste et inefficace. D'une part, le réseau actuel serait maintenant devenu trop vaste pour pouvoir réaliser une telle opération. D'autre part, regrouper toutes les activités sensibles au sein d'un domaine dédié, c'est montrer à tous les hackers du monde là où porter leurs efforts...

Lu sur The National Journal

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !