Intermittents : Manuel Valls validera l'accord signé par les partenaires sociaux, la CGT-Spectacle veut reconduire la grève | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Intermittents : Manuel Valls validera l'accord signé par les partenaires sociaux, la CGT-Spectacle veut reconduire la grève
©Reuters

Fin du match

Intermittents : Manuel Valls validera l'accord signé par les partenaires sociaux, la CGT-Spectacle veut reconduire la grève

Le Premier ministre a également annoncé avoir confié à trois personnalités une mission pour redéfinir le statut d'intermittent du spectacle.

Le gouvernement va agréer la convention d'assurance-chômage dont certaines dispositions sont contestées par les intermittents du spectacle, a annoncé ce jeudi Manuel Valls, à l'issue de la remise du rapport du médiateur sur le dossier. "Je le confirme, cette convention doit être agréée et elle sera agréée par le gouvernement. Il y va du respect de la signature des partenaires sociaux majoritaires qui l'ont signée", a-t-il déclaré, après avoir reçu le médiateur, le député socialiste Jean-Patrick Gille. Mais le Premier ministre fait aussi un geste concernant d'autres mesures. Il a par exemple annoncé que l'État allait compenser le différé d'indemnisation supplémentaire, qui cristallise la colère des intermittents.

Manuel Valls, dès le début de son allocution, a dressé l'éloge de la culture, un secteur primordial en France selon le Premier ministre. Mais, il l'a ensuite assuré, la convention signée le 22 mars "sera agréée", car elle émane selon lui d'un dialogue social qu'il faut respecter. Il a également défendu le régime de l'intermittence, un dispositif qui est "une forme indirecte de soutien à la création artistique".

Mais, malgré cette annonce, Manuel Valls a tenté de rassurer les intermittents, en colère. Notamment en annonçant la prise en charge par l'État du différé d'indemnisation supplémentaire, "pour que Pôle emploi n'ait pas à l'appliquer". C'était une nouvelle mesure des plus contestées dans le nouveau texte. Selon le Premier ministre il n'y aura donc "pas de changement de situation" pour les intermittents à l'application de la nouvelle convention, le 1er juillet prochain.

Le Premier ministre a également annoncé avoir confié à trois personnalités une mission pour redéfinir le statut d'intermittent du spectacle, qui devront rendre leurs conclusions avant la fin de l'année. "Il nous faut rompre avec ce cycle infernal de crises et de tensions" sur cette question pour mettre en place "un cadre enfin sécurisé et stabilisé", a déclaré Manuel Valls.

Création : budget maintenu en 2015, 2016 et 2017 

"Les crédits budgétaires consacrés à la création et au spectacle vivant seront maintenus intégralement en 2015, 2016 et 2017", a par ailleurs déclaré le Premier ministre en soulignant une "décision importante" prise "en plein accord avec le président de la République". "C'est un effort très significatif dans cette période de diminution de la dépense publique et il atteste de l'importance que nous accordons à la création culturelle", a-t-il ajouté.

La CGT-Spectacle annonce un "probable dépôt de préavis de grève le 1er juillet"

L'annonce de Manuel Valls du prochain agrément par l'Etat de la convention chômage tout en finançant le maintien des allocations pour les intermittents, ne sont que des "mesurettes", a jugé la CGT-Spectacle, qui annonce un "probable préavis de grève" pour le 1er juillet. "Il est probable que nous déposions un préavis de grève", "on verra quelle forme il prendra", car "l'épée de Damoclès est toujours là, c'est une manoeuvre pour passer l'été", a déclaré le secrétaire général Denis Gravouil lors d'un point de presse.

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !