Inquiété par le comportement de Donald Trump, en janvier 2021, le chef d'Etat major des armées avait rappelé aux officiers supérieurs qu'il devait, lui aussi, autoriser toute frappe nucléaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Capitole à Washington
Le Capitole à Washington
©Alex Edelman / AFP

Etats-Unis

Inquiété par le comportement de Donald Trump, en janvier 2021, le chef d'Etat major des armées avait rappelé aux officiers supérieurs qu'il devait, lui aussi, autoriser toute frappe nucléaire

Le général Mark Milley avait convoqué tous les chefs militaires, deux jours après l'assaut du Capitole

Selon "Peril" un nouveau livre (écrit par le célèbre journaliste Bob Woodward et un vétéran du Washington Post, Robert Costa) le général Mark Milley, chef d'Etat major des armées, qui commande toutes les armées américaines, a réagi secrètement, craignant l'impulsivité de Donald Trump, après l'assaut lancé contre le Capitole le 6 janvier souligne CNN.

Milley (qui avait été nommé à son poste par Trump) a réuni les chefs des armées dans son bureau du Pentagone, le 8 janvier, pour rappeler les consignes concernant l'utilisation des armes nucléaires. Il leur a déclaré : ""Peu importe ce qu'on vous dit, vous suivez la procédure. Vous suivez le processus. Et je fais partie de cette procédure",

Le général  a ensuite fait le tour de la pièce, a regardé chaque officier supérieur dans les yeux et leur a demandé de confirmer verbalement qu'ils avaient compris.

Milley avait déjà eu deux appels téléphoniques indirects avec le plus haut général chinois, qui était en état d'alerte élevé face au chaos aux États-Unis.

Le livre, le troisième de Woodward à la présidence de Trump, raconte les coulisses de la vie à Washington avec Donald Trump, commandant en chef déséquilibré et explosif, criant après ses  principaux conseillers et ses assistants alors qu'il cherchait désespérément à s'accrocher au pouvoir.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !