Inflation : Michel-Edouard Leclerc remet en question l'étude du Sénat sur la hausse des prix | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Michel-Edouard Leclerc conteste les conclusions d’une enquête parlementaire sur l’inflation.
Michel-Edouard Leclerc conteste les conclusions d’une enquête parlementaire sur l’inflation.
©ERIC PIERMONT / AFP

Pouvoir d'achat

Inflation : Michel-Edouard Leclerc remet en question l'étude du Sénat sur la hausse des prix

Michel-Edouard Leclerc conteste les conclusions d’une enquête parlementaire sur l’inflation. Selon Michel-Edouard Leclerc, dans sa « sagacité », le Sénat a manqué certaines opérations de manipulation des prix liées à l’inflation.

Michel-Edouard Leclerc conteste les conclusions d’une enquête parlementaire sur l’inflation. Invité sur FranceInfo ce lundi, le distributeur est revenu sur l'avis des sénateurs, qui se sont penchés sur les hausses de prix dans les rayons. Michel-Edouard Leclerc avait appelé les élus, il y a près d’un mois, à scruter les éventuels effets d'opportunité, de la part d'acteurs qui profiteraient du contexte pour augmenter artificiellement les prix. Après plusieurs semaines d'examen, le Sénat a rendu son rapport, dont les conclusions vont à rebours des arguments de Michel-Edouard Leclerc.

Selon le rapport du Sénat, publié la semaine dernière, « il n'a pas été constaté de phénomène massif de hausses suspectes des tarifs fournisseurs […]. Il peut bien entendu exister certains effets d'aubaine ponctuels, mais il n'a pas été constaté de déconnexion régulière entre ces deux phénomènes, qui gonflerait de façon injustifiée le niveau d'inflation ».

Les sénateurs ont suggéré que les distributeurs ont pu appliquer « des hausses de prix de vente dans leurs rayons alors même qu'ils n'avaient pas signé de hausse de tarif d'achat du produit avec le fournisseur ».

Cette conclusion a été critiquée par Michel-Edouard Leclerc, qui a affirmé que dans sa « sagacité », « le Sénat dit qu’il n’a pas vu de manipulation, mais les consommateurs, oui ».

Il a notamment évoqué le cas de l'huile de tournesol, qui « revient » dans les rayons « alors qu'il n'y a pas eu de récoltes » depuis le début de la pénurie de ce produit, en grande partie importé d'Ukraine.

Michel-Edouard Leclerc a annoncé que les centres commerciaux du groupe E. Leclerc pratiqueraient, dès ce jeudi et à l'occasion du week-end de chassé-croisé sur la route des vacances, une opération « essence à prix coûtant ». Le distributeur ne réalisera pas de marge durant cette période.

Cette opération sera sans doute « la dernière » à cause de la loi climat voté durant le précédent quinquennat qui prévoie d'interdire les opérations de promotion et de réduction sur les énergies fossiles. Cette disposition doit entrer en vigueur à compter de la fin du mois d'août.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !