Indice PMI : moindre contraction dans le secteur manufacturier en France, forte croissance en zone euro | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Indice PMI : moindre contraction dans le secteur manufacturier en France, forte croissance en zone euro
©

Du mieux mais...

Indice PMI : moindre contraction dans le secteur manufacturier en France, forte croissance en zone euro

La France est sous la barre fatidique des 50 alors que l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas et l'Irlande sont largement au dessus de ce seuil synonyme de croissance.

La France va mieux mais reste à la traîne par rapport à l'Allemagne par exemple. En effet, premier constat après la publication de l'indice PMI du secteur manufacturier ce lundi matin: la contraction de l'activité dans le secteur manufacturier en France a nettement ralenti en janvier. L'indice global du secteur ressort à 49,3, au plus haut depuis le mois de septembre. Selon Markit, le volume des nouvelles commandes reçues par les industriels français a augmenté. Une bonne nouvelle.

Mais la France ne peut se hisser au niveau des autres pays de la zone euro. En Allemagne, l'indice PMI manufacturier a atteint 56,5 en janvier, témoignant de la plus forte croissance du secteur depuis mai 2011. "Le secteur manufacturier est passé à la vitesse supérieure au début 2014. La forte hausse des entrées de commandes a été soutenue par un raffermissement de la demande à la fois en Allemagne et à l'étranger, notamment en Asie et aux Etats-Unis" commente un économiste de Markit.

Même constat en Italie et en Espagne. Le secteur manufacturier italien a enregistré en janvier un septième mois consécutif de croissance, à 53,1. Quant au secteur manufacturier espagnol, en janvier, Markit note que le pays a connu sa plus forte croissance depuis avril 2010. L'indice PMI manufacturier a atteint 52,2 contre 50,8 le mois précédent.

En Irlande et aux Pays-Bas, le secteur manufacturier est en très bonne santé également (52,8 et 54,8).

Lu sur Les Echos.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !