Indice PMI : l'activité du secteur manufacturier s'est encore détériorée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Indice PMI : l'activité du secteur manufacturier s'est encore détériorée
©

Mauvaise nouvelle

Indice PMI : l'activité du secteur manufacturier s'est encore détériorée

L'activité dans l'industrie manufacturière s'est en effet repliée de 48,2 points en juin, à 47,8 en juillet, son plus faible niveau depuis décembre 2013, selon le cabinet Markit.

Les annonces se suivent et se ressemblent. L’institut Markit publiait ce vendredi matin ses indices manufacturiers, évaluant la conjoncture économique de l’industrie au sein de la zone euro.

Et pour la France, les nouvelles ne sont pas bonnes :

"La conjoncture continue de se détériorer en juillet comme le signale l’Indice des Acheteurs PMI® un indice désaisonnalisé conçu pour mesurer la performance globale de l’industrie manufacturière qui se replie de 48.2 en juin à 47.8, affichant ainsi son plus faible niveau depuis le début de l’année.".

En effet, un niveau inférieur à 50 traduit une contraction de l’activité c’est-à-dire un signe de récession.

Les replis de la production, du volume des nouvelles commandes et des stocks des achats s’accélèrent au cours du mois. L’emploi continue également de reculer. 

Une situation économique française qui vient confirmer son nouveau statut d’homme malade de l’Europe :

"La crise que traverse actuellement l’industrie manufacturière française reste au centre des préoccupations".

Et La France devient le boulet de l’activité industrielle européenne, qui touche son plus bas de 2014 :

"A 51.8, L’indice PMI reste inchangé par rapport au plus bas de 7 mois enregistré en juin, le renforcement de la contraction en France compensant en partie la poursuite de la croissance en Allemagne et en dehors du noyau franco-allemand. "

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !