Impôts : vers une généralisation de la télédéclaration à partir de 2016 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les déclarations papier devraient être pénalisés d'une amende forfaitaire de 15 euros
Les déclarations papier devraient être pénalisés d'une amende forfaitaire de 15 euros
©Flickr / stefdem

Fini le papier

Impôts : vers une généralisation de la télédéclaration à partir de 2016

Les déclarations papier devraient être pénalisées d'une amende forfaitaire de 15 euros.

Le ministère des Finances envisage une "généralisation de la télédéclaration" des revenus à partir de 2016, de manière "souple et progressive", et sans pénaliser les foyers n'ayant pas accès à internet, a-t-on appris vendredi auprès de Bercy. Selon le quotidien Les Echos, qui a dévoilé l'information sur son site, la mesure concernerait dans un premier temps les ménages les plus aisés, à partir de 50.000 euros de revenus annuels, qui se verraient infliger une amende de 15 euros s'ils persistent à déclarer sur papier.

Le ministre des Finances Michel Sapin devrait annoncer cette mesure et par là-même enterrer la déclaration papier dans la présentation du Budget ce mercredi prochain en Conseil des ministres. Le gouvernement souhaite ainsi accélérer dans le dossier pour inciter les Français à déclarer leurs revenus sur Internet. Car l'objectif n'est toujours pas atteint. En effet, seuls 40 % des Français ont déclaré en ligne leurs revenus en 2015 alors que le double se dit favorable à ce système. Les récalcitrants pourraient être pénalisés d'une amende forfaitaire de 15 euros.

Bercy cherche notamment à économiser sur les frais d'affranchissement des avis d'imposition. C'est d'ailleurs l'une des quatorze pistes d'économie déjà identifiées par le ministère des Finances dans sa revue des dépenses pour 2016.

 

 

 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !