Impôts : le taux de prélèvements obligatoires ne devrait pas baisser en 2017 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Impôts : le taux de prélèvements obligatoires ne devrait pas baisser en 2017
©Reuters

Passe-passe

Impôts : le taux de prélèvements obligatoires ne devrait pas baisser en 2017

Le gouvernement a certes promis une baisse d'impôt sur le revenu d'1 milliard, mais cette baisse serait compensée par ailleurs.

Le taux des prélèvements obligatoires devrait rester le même en 2017 par rapport à 2016, selon les informations des Échos. "Le gouvernement est victime de ses astuces comptables", explique le quotidien économique. Michel Sapin, ce mardi, devrait annoncer une stabilité des prélèvements obligatoires en 2017, à 44,5% du PIB, soit environ 2 points plus hauts que 2011 (42,6%).

Ceci malgré la baisse d'impôts d'1 milliard promise pour les ménages. La hausse de la masse salariale devrait gonfler les rentrées, ainsi que la lutte contre la fraude fiscale, "bien plus efficace que prévue". Mais il y aura également des conséquences de la modification du pacte de stabilité, bricolé pour faire passer la France en-dessous de la barre des 3% de déficit de Maastricht. En effet, au lieu d'une baisse de charges et du taux de l'impôt sur les sociétés, le gouvernement a opté pour un relèvement du taux du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi, qui repousse à 2018 le coût fiscal de la mesure. Bercy a également décidé de tirer sur la trésorerie des entreprises en avançant la perception de plusieurs centaines de millions d'euros de 2018 à 2017. 

Et pourtant, malgré tout cela, la baisse du déficit structurel (hors conjoncture) devrait être limitée à 0,4% du PIB, contre le 0,9% demandé par Bruxelles en 2015, et le minimum de 0,5% prévu par les traités européens. 

Lu sur Les Échos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !