Immigration clandestine : un vaste réseau international démantelé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Immigration clandestine : un vaste réseau international démantelé
©

Coup de filet

Immigration clandestine : un vaste réseau international démantelé

En tout, 75 personnes ont été arrêtées : 51 en Espagne, dont les principaux responsables du réseau en Europe, et 24 en France. Les candidats à l'immigration étaient essentiellement Chinois.

Un réseau qui introduisait illégalement des immigrés chinois en Europe et aux Etats-Unis a été démantelé, et 75 personnes ont été arrêtées en Espagne et en France, a annoncé ce samedi la police espagnole. Parmi eux, 51 personnes ont été interpellées en Espagne et 24 en France, "dont les principaux responsables en Europe de cette organisation installés à Barcelone", a précisé dans un communiqué la police espagnole, qui a mené l'enquête avec son homologue française.

Les passeurs "touchaient entre 40 000 et 50 000 euros pour transporter, sous de fausses identités, des citoyens chinois aux Etats-Unis et dans des pays comme l'Espagne, la France, la Grèce, l'Italie, le Royaume-Uni, l'Irlande et la Turquie". La police espagnole, qui a indiqué que ce réseau servait aussi, dans certains cas, à l'exploitation sexuelle d'immigrés, a annoncé avoir saisi 81 passeports falsifiés de pays asiatiques comme Taïwan, la Corée du Sud, la Malaisie, le Japon, Hong Kong et Singapour.

L'enquête sur ce réseau avait démarré en juillet 2011. "La composition de cette organisation, parfaitement structurée, hiérarchisée, avec son plus haut responsable installé en Chine et des cellules indépendantes opérant dans différents pays, dans le plus grand hermétisme, a compliqué l'enquête", souligne le communiqué.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !