Île-de-France : Michèle Sabban, chargée (PS) du logement au conseil régional, bénéficie d'un logement social | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Île-de-France : Michèle Sabban, chargée (PS) du logement au conseil régional, bénéficie d'un logement social
©

Paradoxe

Île-de-France : Michèle Sabban, chargée (PS) du logement au conseil régional, bénéficie d'un logement social

La vice-présidente de la région occupe depuis dix ans un logement social dans le 13e arrondissement de la capitale, selon une enquête de l'hebdomadaire Marianne.

Voilà une découverte qui n'avait pas été prévue par le Conseil régional d'Île-de-France. La vice-présidente de la région Michèle Sabban, chargée également du personnel, de l'administration et des marchés publics, a admis dans une réunion de la mission d'information et d'évaluation sur le logement qu'elle bénéficiait d'un logement social dans le 13e arrondissement de Paris, d'une surface de 70m², pour un loyer mensuel de 1 218 € - et ce depuis dix ans. Mais ces propos, qui auraient dû rester "off", se retrouvent ce mercredi dans "Marianne" qui révèle l'affaire.

Devant les membres de cette commission - dont son président Pierre-Yves Bournazel (UMP) ou encore Emmanuelle Cosse (EELV) - elle explique qu'à l'époque, elle était "en difficulté personnelle" et qu'elle n'a "demandé aucun passe-droit". Mais "Marianne" se questionne, entre autres, sur les conditions de revenu normalement inhérentes à l'attribution d'un logement de ce type : pour une personne seule vivant dans un logement social financé par un prêt locatif intermédiaire (PLI), ce seuil de ressources est fixé à 41 434 € annuels... que Mme Sabban dépasserait nettement, selon l'hebdomadaire. "Faux, je ne le dépasse que de 16 euros" a-t-elle alors expliqué... Affaire à suivre.

Vu sur Marianne

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !