Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers

Une histoire rocambolesque

Il se rend armé à l’Élysée pour "rencontrer Macron"

Un homme a été interpellé dimanche 24 février. Il avait confié ses armes à un chauffeur de taxi et menacé le président de la République.

L'affaire a été révélée dimanche soir lorsqu'un chauffeur de taxi a remis à la police un sac contentant deux pistolets d'alarme et une bombe lacrymogène, rapporte Le Parisien ce lundi 25 février. Ces armes appartiendraient, selon lui, à un de ses clients, un Versaillais de 52 ans qui lui a demandé de le conduire à l'Elysée. Sur le chemin, il lui a annoncé être un sympathisant des Gilets jaunes et a affirmé adhérer à des opinions d’extrême droite. In fine, il lui a expliqué qu’il souhaite rencontrer le Président de la République, envers qui il a des "opinions tranchées".

Une arbalète

Arrivé à destination, l'homme est cependant devenu plus tendu et nerveux. En ayant probablement décidé d’abandonner son projet à la dernière minute, il a demandé au chauffeur de taxi de garder son sac, en affirmant qu'il le récupérera plus tard au central de Versailles. C'est en découvrant le contenu du sac en question que le chauffeur de taxi a décidé de le rapporter à la police. Selon lui, la veille, "un de ses collègues avait vécu la même histoire", indique Le Parisien. Le sac du mystérieux client contenait alors une arbalète que son propriétaire est venu récupérer au central.

Le suspect, déjà connu des forces de l’ordre, a été rapidement identifié. Il a été interpellé devant son domicile alors qu’il s'apprêtait à aller récupérer son sac. "Sa santé physique et psychiatrique est compatible avec une garde à vue. Maintenant, on peut douter, fort heureusement, de sa capacité de nuisance réelle", a confié au 78actu une source proche du dossier. Selon le média, une perquisition doit être menée chez le quinquagénaire qui a été placé en garde à vue au commissariat pour transport et détention d’armes.

Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !