Plainte contre Hortefeux pour subornation de témoin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Plainte contre Hortefeux 
pour subornation de témoin
©

L'affaire dans l'affaire

Plainte contre Hortefeux pour subornation de témoin

Les familles des victimes de l'attentat de Karachi accusent également les conseillers de l’Élysée de "violation du secret de l'enquête".

Le ministre de l'Intérieur doit répondre d'une plainte pour "subornation de témoin" et "entrave à la manifestation de la vérité", déposée par les familles des victimes de l'attentat de Karachi. Rappel des faits : Thierry Gaubert, un proche de Nicolas Sarkozy et de Brice Hortefeux est dans le viseur du juge Van Ruymbeke qui enquête sur le financement de la campagne électorale d'Edouard Balladur en 1995. Le 14 septembre, le juge convoque la femme de Thierry Gaubert, Hélène de Yougoslavie, qui livre un témoignage accablant sur son mari avec qui elle est sur le point de divorcer.

Thierry Gaubert reçoit alors un coup de téléphone du ministre de l'Intérieur qui lui informe que "Hélène balance beaucoup". Le ministre de l'Intérieur aurait-il prévenu Thierry Gaubert pour qu'il fasse pression sur sa femme ? Les familles des victimes de l'attentat de Karachi veulent que toute la lumière soit faite les responsabilités présumées de certains hommes politiques. Leur avocat a donc porté plainte contre Brice Hortefeux. Cette affaire dans l'affaire est à présent susceptible d'atterrir dans les mains d'un juge d'instruction indépendant du pouvoir, contrairement au Parquet qui est actuellement en charge du dossier.

A son tour, Brice Hortefeux a annoncé qu'il portait plainte pour diffamation contre l'avocat des familles des victimes, maître Olivier Morice.

Par ailleurs, le 22 septembre, un communiqué de l'Elysée affirmait que Nicolas Sarkozy n'avait pas été cité dans le dossier Karachi. Une déclaration qui laissait entendre que la présidence avait eu accès au dossier pourtant couvert par le secret de l'instruction. Les familles des victimes portent donc plainte contre les conseillers de l'Elysée pour "violation du secret de l'enquête, recel et complicité".

LePoint.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !