Hépatite C : le prix du nouveau traitement revu à la baisse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Hépatite C : le prix du nouveau traitement revu à la baisse
©

Il y a du mieux

Hépatite C : le prix du nouveau traitement revu à la baisse

Le ministère de la Santé a réussi à obtenir le prix le plus bas de l'Union européenne : le traitement à base de Sovaldi reviendra désormais à 41 000 euros, contre 57 000 auparavant.

Bonne nouvelle. Le prix du Sovaldi, médicament innovent contre l'hépatite C, a été négocié à la baisse, a annoncé le ministère de la santé ce jeudi 20 novembre. Une boite de 28 comprimés de Sovaldi coûtera dorénavant 13 667 euros. Le traitement contre l'hépatite C durant en général trois mois, le total reviendra à 41 000 euros. "Cela reste cher, mais nous avons obtenu le prix le plus bas de l’Union européenne", explique un pharmacologue à l'AFP. Car en Allemagne, c’est 49 000 euros et en Angleterre 44 000 euros. Quand le laboratoire Gilead a introduit le Sovaldi sur le marché français, il y a quelques mois, il avait imposé le prix d'une boite à 19 000 euros, amenant le prix total du traitement à 57 000 euros. 

Le nouvel accord clôt la période d'autorisation temporaire d'utilisation "qui a permis un accès précoce à des malades à ce médicaments". Gilead devra désormais rembourser à l'Assurance maladie la différence entre le prix pratiqué au cours de première mise sur le marché et le nouveau.

L'hépatite C est une maladie du foie, provoquée par le virus VHC, qui peut entrainer une cirrhose ou un cancer du foie. 200 000 Français sont infectés par ce fléau qui touche 185 millions de personnes dans le monde et en tue 350 000 chaque année, selon les chiffres de l'Organisation Mondiale de la Santé.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !