Henri Proglio : le patron d'EDF visé par une enquête pour "trafic d'influence" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Henri Proglio : le patron d'EDF visé par une enquête pour "trafic d'influence"
©Reuters

Justice

Henri Proglio : le patron d'EDF visé par une enquête pour "trafic d'influence"

Selon des informations du Point, il aurait "sponsorisé" son épouse, l'humoriste Rachida Khalil, avec l'argent de l'entreprise publique.

Henri Proglio est dans le collimateur de la justice. Selon des informations du Point publiées ce dimanche, le patron d'EDF est visé par une enquête préliminaire pour "trafic d'influence", en lien avec les finances de son épouse, la comédienne Rachida Khalil. Selon l'hebdomadaire, c'est à la suite d'un signalement Tracfin (la cellule anti-blanchiment du ministère des Finances) faisant état de mouvements sur les comptes de Mme Proglio, qui mèneraient au Liban, au Luxembourg ou en Suisse, qu'une enquête préliminaire a été diligentée.

Dès lors, le magazine se demande : "Henri Proglio a-t-il donné consigne pour que sa compagne profite, indirectement, des subsides d'EDF ?". Le Point assure  que Rachida Khalil, qui toucherait officiellement un salaire de 1 800 euros, aurait perçu en un an 1,8 million d'euros, dont environ 100 000 euros en liquide, ce qui aurait alerté la cellule anti-blanchiment du ministère des Finances, Tracfin. 

C'est principalement le rôle joué par la société Atlantis Consulting qui interpelle  les enquêteurs. Celle-ci aurait à plusieurs reprises versé de l'argent à la comédienne. Problème, l'entreprise est un prestataire d'EDF. Par ailleurs, toujours selon les informations du Point, la société de production de Rachida Khalil a été financée par la fondation EDF, ainsi que par une autre "société d'audiovisuel, elle-même abondée par l'électricien".

Contactés par Le Point, ni Henri Proglio ni Rachida Khalil n'ont souhaité faire de commentaires. 

 

lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !