Hénin-Beaumont : la Ligue des droits de l'homme "persona non grata" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Hénin-Beaumont : la Ligue des droits de l'homme "persona non grata"
©

Cessation d'activité

Hénin-Beaumont : la Ligue des droits de l'homme "persona non grata"

Deux semaines après son élection, Steeve Briois a privé l'association de local et subventions.

Chose promise chose due : deux semaines après son succès dès le premier tour des élections municipales, le nouveau maire frontiste d'Hénin-Beaumont, Steeve Briois, a annoncé que sa municipalité couperait les vivres de la permanence locale de la Ligue des droits de l'homme. Cette décision s'inscrit dans la "lutte contre les communautarismes" que veut mener le Front National. Comme le révélait France Info mardi matin, l'association ne bénéficiera désormais plus du local de 20 mètres carrés mis à sa disposition près de la mairie, et perdra également ses subventions annuelles.

Pour justifier sa décision, Steeve Briois a déclaré : "Non seulement, aucun bail n'a été signé entre l'association d'extrême gauche et la mairie faisant de la LDH un occupant sans titre, mais plus grave, ces subventions sont totalement illégales". La Ligue de défense des droits de l'homme a immédiatement dénoncé ce qu'elle considère comme un "premier dérapage" par la voix de son responsable local, Alain Pruvot. L'association a d'ailleurs annoncé qu'elle envisageait la création d'un "comité citoyen de vigilance républicaine" pour répondre à la "dangerosité" du FN.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !