Hausse de la TVA : ce qui a changé depuis le 1er janvier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Hausse de la TVA : ce qui a changé depuis le 1er janvier
©

Impôts

Hausse de la TVA : ce qui a changé depuis le 1er janvier

Le gouvernement a dû consentir à de nombreuses exonérations, rendant le rendement de cette augmentation moins élevé que prévu.

Les Français ne verront pas passer la facture mais ce sont bien eux qui devront payer. La TVA a augmenté depuis le 1er janvier 2014 afin de financer le crédit d'impôt compétitivité. Ainsi le taux normal est-il passé à 20% (au lieu de 19,6%) - pour un gain estimé à 2,6 milliards d'euros - et le taux intermédiaire de 7% à 10%. Le taux le plus faible, notamment appliqué aux produits de première nécessité, a, lui, été maintenu à 5,5%.

Le bois de chauffage, les transports, la restauration, certains travaux ou les musées vont ainsi voir leur prix augmenter. Dans le même temps, les produits alimentaires, les abonnements gaz et électricité, les cantines scolaires et les livres ne bougeront pas. Le gouvernement a également dû céder sous la pression à quelques demandes d'élus et d'industries. Les travaux de rénovation des HLM vont ainsi redescendre à 5,5% au lieu de grimper à 10%. Le taux à 5,5% s'appliquera également aux travaux de rénovation thermique des logements. La construction de logements intermédiaires ne passera pas non plus à 20% mais redescendra à 10%. 

Plusieurs élus de la majorité demandent à ce que d'autres secteurs soient épargnés par cette hausse de la TVA, notamment dans le transport de voyageurs. Les différentes exceptions faites à la règle de départ ont d'ores et déjà entamé les prévisions de gains. Le rendement des hausses de TVA ne sera donc pas aussi élevé que prévu.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !