Harcèlement : le gouvernement lance un plan de lutte dans les transports | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Harcèlement : le gouvernement lance un plan de lutte dans les transports
©Reuters

"Hé Mademoiselle !"

Harcèlement : le gouvernement lance un plan de lutte dans les transports

Un récent rapport avait mis en évidence les incivilités et agressions quotidiennes que toutes les Françaises ont connu au moins un fois dans leur vie.

Du sifflement à la main aux fesses, un rapport d'avril dernier montrait que 100 % des femmes avaient connu de ce type de harcèlement dans les transports en commun. La secrétaire d'Etat aux Droits des femmes, Pascale Boistard, a donc décidé de prendre les choses en main et s'apprête à présenter ce jeudi un plan de lutte.
Dès la rentrée, une vaste campagne de sensibilisation sera organisée dans les gares. "Pas forcément sur le ton de la morale », précise Pascale Boistard au Parisien qui fait confiance aux "créatifs" pour trouver le message juste.
 L'idée sera aussi de démocratiser les numéros d'urgence mis en place par la SNCF (3117) et la RATP (3946). "On veut étendre, faire connaître et harmoniser ces numéros, sans doute en les fusionnant", affirme ainsi la ministre. "Mais on travaille aussi à des moyens plus discrets de signaler une agression, parce que les témoins ont souvent peur d'intervenir : une alerte par SMS et une application qui permettrait de géolocaliser l'incident."
D'autres idées, plus originales, vont être mises en place, notamment à Nantes pour expérimentation, comme l'arrêt "à la carte" des bus de nuit pour éviter aux femmes de marcher dans des rues désertes. Enfin, le personnel sera, lui aussi, sensibilisé, pour éviter une banalisation de l'acte. 
Lu sur le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !