Guyane : l’accord de sortie de crise été signé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Guyane : l’accord de sortie de crise été signé
©

Fin de conflit

Guyane : l’accord de sortie de crise été signé

L'accord, d'un montant de 3 milliards d’euros, met fin à un mouvement social d'une ampleur inédite dans le département.

Après cinq semaines de blocage, le conflit qui a frappé la Guyane a pris fin à la veille du premier tour de l’élection présidentielle. Vendredi vers 18h (23h, heure de Paris), le collectif qui pilote ce mouvement social, l'Etat et les élus guyanais se sont réunis pour signer un accord mettant un terme aux barrages qui bloquaient le territoire et pénalisaient l'économie.

Cet accord le plan d’urgence immédiat de 1,1 milliard d’euros prévu par le gouvernement (qui prévoit des mesures en faveur de la sécurité, de l’éducation, de la santé, ainsi que de l’aide aux entreprises), mais également les 2,1 milliards supplémentaires que réclamait le collectif "Pou la Gwiyann dékolé" (pour que la Guyane décolle), estimant que le plan d'urgence n'était pas suffisant. 

Le plan acte "des mesures qui serviront d’amorçage pour le développement du territoire sur des bases nouvelles (…) et qui repositionneront la Guyane sur une trajectoire d’égalité réelle avec le reste du territoire national (…). Les réponses apportées par l’Etat [n’ayant] jamais été à la hauteur des difficultés singulières et réelles que la Guyane connaît". 

"L’exceptionnelle croissance démographique, l’immensité de son territoire et les ressources naturelles dont elle dispose commandent de penser son développement en des termes différents, innovants", précise le document.

A la mi-journée, vendredi, la plupart des barrages routiers étaient levés – sauf à Kourou –, après plus d’un mois de blocage relatif.

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !