Guyane : des affrontements éclatent entre manifestants et forces de l'ordre en marge de la visite de Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Guyane : des affrontements éclatent entre manifestants et forces de l'ordre en marge de la visite de Macron
©jody amiet / AFP

Climat tendu

Guyane : des affrontements éclatent entre manifestants et forces de l'ordre en marge de la visite de Macron

Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes déclenchant une véritable scène de panique.

Si Emmanuel Macron a déclaré à son arrivée en Guyane ne pas être "le Père noël", il n’est pas visiblement pas accueilli comme tel non plus. Alors que le chef de l’Etat effectuait sa première visite dans la région, le climat s’est tendu et des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants ont éclaté à Cayenne.

Plus d'un millier de personnes se sont mobilisés jeudi après-midi lors d’une marche à l'appel du collectif Pou Lagwiyann Dékolé, afin de réclamer le respect des accords signés avec l'ancien gouvernement à l'issue du mouvement de grogne de mars-avril. Les manifestants se sont ensuite rassemblés devant la préfecture et ont demandé à parler au président de la République. L'Elysée a proposé un rendez-vous vendredi matin aux manifestants mais ces derniers ont refusé, réclamant de voir Emmanuel Macron immédiatement.

Les événements ont alors dégénéré. Des jeunes venus de quartiers défavorisés, souvent encagoulés, ont commencé à lancer des cocktails Molotov et les gendarmes mobiles se sont déployés dans la ville. Des poubelles ont notamment pris feu et la rue devant le commissariat était jonchée de bris de verre. Les forces de l'ordre ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène déclenchant une véritable scène de panique. D’après Guyane 1ère, à 23h30, heure locale, un hélicoptère survolait toujours les rues de Cayenne, plongées dans la fumée de gaz lacrymogène.

Lu sur Guyane 1ere

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !