Guillaume Peltier qui rejoint Éric Zemmour : un "non-événement" pour Valérie Pécresse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Valérie Pécresse
Valérie Pécresse
©Valérie Pécresse

Présidentielle

Guillaume Peltier qui rejoint Éric Zemmour : un "non-événement" pour Valérie Pécresse

Les LR n'avaient plus confiance en lui

Valérie Précresse, invitée de France Info ce lundi matin a réagi au départ du LR, Guillaume Peltier. Ce dernier après avoir soutenu Xavier Bertrand, puis Eric Ciotti, a finalement rejoint Éric Zemmour : "C'est un non-évènement pour nous. Je lui souhaite bonne chance parce qu'en général, ceux que soutient Guillaume Peltier ne gagnent pas les élections".

"Je lui ai expliqué que nous n'avions plus confiance en lui", a ajouté la candidate des Républicains.

Valérie Pécresse estime qu'Éric Zemmour doit avoir ses 500 parrainages pour se présenter à la présidentielle : "Je crois que toute personne qui représente un véritable courant de pensée en France doit pouvoir se présenter à l'élection présidentielle. C'est évidemment le cas d'Éric Zemmour".

Interrogée par France Info sur la déclaration présidentielle sur les non-vaccinés, Valérie Pécresse répond :"Nous avons besoin d'une présidence qui ramène la concorde, pas la discorde. Le président de la République a été un pyromane en tenant ces propos. Un président ne devrait pas dire ça, ça hystérise la société".

Concernant les prisons, Valérie Pécresse estime qu'elles "sont dans un état indigne, il faut construire 20 000 places de prison, on ouvre des prisons provisoires, des hôtels isolés, on met dans ces endroits les détenus sous bracelet électronique", avance Valérie Pécresse. Pour désengorger les prisons, elle veut également que les détenus étrangers purgent leur peine dans leur pays d'origine.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !