Guadeloupe : des armes ont été dérobées dans les locaux de la douane à Pointe-à-Pitre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un véhicule incendié sur une route dans le cadre d'un barrage routier au rond-point Perrin aux Abymes, près de Pointe-à-Pitre sur l'île des Caraïbes françaises de Guadeloupe, le 22 novembre 2021.
Un véhicule incendié sur une route dans le cadre d'un barrage routier au rond-point Perrin aux Abymes, près de Pointe-à-Pitre sur l'île des Caraïbes françaises de Guadeloupe, le 22 novembre 2021.
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Regain de tensions

Guadeloupe : des armes ont été dérobées dans les locaux de la douane à Pointe-à-Pitre

Des fusils et des pistolets auraient été volés après un incendie de nature criminelle, survenu dans la nuit de vendredi à samedi, selon des informations du Figaro.

Malgré les appels au calme d'Emmanuel Macron, la tension reste vive en Outre-mer. La crise sociale qui touche la Guadeloupe depuis plus d'une semaine s'inscrit dans un contexte de contestation lié à la vaccination contre la Covid-19. Des violences et des incidents ont été constatés depuis plusieurs jours sur place. Selon des informations du Figaro, un incendie s'est notamment déclaré dans la nuit de vendredi à samedi dans les locaux de la douane à Pointe-à-Pitre. Les autorités ont découvert qu'il s'agissait d'un incendie de nature criminelle. La presse locale a expliqué que le QG des garde-côtes douaniers avait été "visité". Des armes ont été volées sur ce site.

Selon des informations du Figaro, des "armes de guerre", cachées dans un coffre-fort, ont été dérobées sur place, notamment plusieurs pistolets 9mm semi-automatiques Sig-Sauer ainsi qu'un fusil à pompe et un pistolet automatique 9mm. 

Les émeutiers ont également brûlé des véhicules utilitaires utilisés quotidiennement par les fonctionnaires. Le matériel informatique à l'intérieur des locaux a connu le même sort ainsi que le bâtiment. 

Contacté par la rédaction du Figaro, le procureur de la République de Pointe-à-Pitre, Patrick Desjardins, a confirmé l'information, sans donner plus de détails. Il a indiqué que l'enquête en flagrance avait été confiée à la section de recherche de la gendarmerie.
Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !