Grève des contrôleurs aériens : 50% des vols annulés de mardi à jeudi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La DGAC a demandé aux compagnies de réduire leurs vols de 50%.
La DGAC a demandé aux compagnies de réduire leurs vols de 50%.
©AFP

Perturbations dans les airs

Grève des contrôleurs aériens : 50% des vols annulés de mardi à jeudi

Les syndicats représentatifs de la Direction générale de l'aviation civile entendent dénoncer les projets de la Commission européenne de libéraliser le secteur.

Le trafic aérien sera perturbé dès mardi. Un communiqué du ministère des Transports indique en effet qu’un préavis de grève pour les journées de 11 au 13 juin a été déposé par plusieurs organisations syndicales de l’aviation civile.

Sur demande de la direction générale de l'aviation civile (DGAC), les compagnies aériennes devraient donc baisser leur programme de vols de moitié sur les aéroports Roissy - Charles de Gaulle, Orly, Beauvais, Lyon, Nice, Marseille, Toulouse et Bordeaux lors de ces trois journées. Les passagers sont donc tenus de s’informer auprès de leur compagnie aérienne pour connaître toutes les perturbations.

Le préavis de grève, lancé par les syndicats représentatifs de la Direction générale de l'aviation civile (CGT,CFDT,UNSA et FO) en coordination avec d'autres syndicats de pays européens également membres de l'ETF, cherche à dénoncer les projets de la Commission européenne de libéraliser le secteur de la navigation aérienne.

Le premier syndicat de la DGAC, l’USAC-CGT, assure ainsi que "les futurs règlements européens concernant la navigation européenne sont une attaque directe contre le caractère de service public de ce secteur d'activité" précisant qu’ils vont "externaliser et mettre en concurrence des pans entiers de la gestion de la navigation aérienne". Le syndicat explique également qu’"un impact négatif sur la sécurité et une dégradation des conditions de travail des agents seront la probable conséquence de ces externalisations".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !