Grèce : le pays aurait informé ses créditeurs de son insolvabilité à compter du 9 avril | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Grèce : le pays aurait informé ses créditeurs de son insolvabilité à compter du 9 avril
©Reuters

Caisse vide

Grèce : le pays aurait informé ses créditeurs de son insolvabilité à compter du 9 avril

Après deux mois de discussion infructueuses, le défaut de paiement Grec s’annonce pour le 9 avril prochain, selon des sources officielles européennes.

Cette fois ça y est. Plus de deux mois après l’élection de Syriza et la prise de pouvoir d’Alexis Tsipras en Grèce, le pays aurait informé ses créditeurs de son insolvabilité à compter du 9 avril prochain, selon des officiels europeens. En effet, le pays se trouve confronté à une échéance de paiement à cette date précise, pour rembourser une part de ses emprunts contractés auprès du FMI. En l’occurrence, la somme considérée ici est de 450 millions d’euros.

Nikos Voutsis, ministre de l’Intérieur aurait d’ores et déjà indiqué mercredi que si le gouvernement grec se trouvait confronté au choix de rembourser le FMI ou de verser les salaires et les prestations sociales, le choix était déjà fait. Ce qui marquerait le pays du sceau du défaut de paiement le 9 avril prochain. 

De leur côté, la commission européenne et le FMI se refusent à verser une tranche de crédit supplémentaire, soit 7,2 milliards d’euros, au gouvernement d’Alexis Tsipras. Et ce, aussi longtemps que les réformes prévues par l’ancien gouvernement n’auront pas été appliquées. Et pour le moment, les réformes présentées par Syriza ont été jugées insatisfaisantes.  Une nouvelle rencontre réunissant les représentants des ministres des finances de la zone euro est prévue pour le 8 avril prochain. La perspective d’une sortie de l’euro devient de plus en plus probable.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !