Grèce : Alexis Tsipras et sa stratégie du "partir pour mieux revenir" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Grèce : Alexis Tsipras et sa stratégie du "partir pour mieux revenir"
©

Ce n'est qu'un au-revoir

Grèce : Alexis Tsipras et sa stratégie du "partir pour mieux revenir"

Populaire auprès d'une population qui déteste généralement les 2 principaux partis d'opposition, le Premier ministre espère bien ainsi rénover sa base.

C'est ce qui s'appelle un coup politique. Partir pour mieux revenir, telle semble être la stratégie d'Alexis Tsipras en Grèce. Jeudi soir, le Premier ministre grec a annoncé sa démission après avoir obtenu le versement de 23 milliards d'euros dans le cadre du nouveau plan d'aide au pays. "Maintenant que la phase difficile (de négociations) est terminée, je voudrais soumettre à votre jugement ce que nous avons accompli" a-t-il expliqué. 

Une annonce qui n'est cependant pas une surprise. Tsipras souhaiterait en réalité reconsolidé sa base. Après avoir fini par signer un troisième plan d'aide, le 13 juillet, 43 des 149 députés de Syriza, son parti de gauche radicale ne l'avaient pas suivi, votant contre ou s'abstenant. Une situation qui a affaibli le Premier ministre grec dont le nombre de soutiens est ainsi tombé à 119 sur 300 députés. Populaire auprès d'une population qui déteste généralement les 2 principaux partis d'opposition, il espère bien désormais rénover son parti. Pour cela, Tsipras dispose d'un atout-maître : pour cette deuxième élection en moins de 18 mois, la loi grecque dispose que les partis ne soumettent pas au vote des députés individuels, mais des listes par partis composés par les états-majors de ces derniers.

Le chef du gouvernement grec entend donc se débarrasser des plus virulents à sa gauche, comme Panagiotis Lafazanis, leader des contestataires. Dès jeudi soir, ce dernier a accusé Tsipras d'être dans "la panique, la peur, l'embarras et l'inquiétude" pour agir ainsi. Côté européen, ces élections sont une bonne nouvelle car elles vont permettre au Premier ministre de "s'alléger de ses anciens amis". Marcel Fratzscher, économiste allemand qui conseille Sigmar Gabriel, le ministre de l'Economie a d'ailleurs considéré que ces élections sont "une bonne nouvelle économique". Ces élections auront lieu le 20 septembre. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !