Grèce : Alexis Tsipras espère "un mandat fort, une majorité absolue" aux prochaines élections | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Premier ministre grec démissionnaire, Alexis Tsipras.
Le Premier ministre grec démissionnaire, Alexis Tsipras.
©Reuters

Retour aux urnes

Grèce : Alexis Tsipras espère "un mandat fort, une majorité absolue" aux prochaines élections

Alexis Tsipras veut que les élections anticipées du 20 septembre lui donnent un "mandat fort" pour les quatre prochaines années.

Dans un entretien à l’hebdomadaire Realnews sur l’enjeu de ces élections législatives, Alexis Tsipras a déclaré ce dimanche "C’est simple, clair et démocratique : nous demandons un mandat fort, une majorité absolue pour le gouvernement de Syriza".

L'ancien Premier ministre, qui a convoqué des élections anticipées en Grèce dle 20 septembre, estime qu'une nouvelle victoire de son parti Syriza serait "une occasion de sortir du bipartisme droite Nouvelle-Démocratie (ND) et Pasok (socialistes)", les deux formations qui ont dominé la vie politique grecque durant "les quarante dernières années."

"C'est crucial de ne pas revenir en arrière et de faire un bond en avant", a insisté le Premier ministre démissionnaire.

La gauche radicale du Syriza, qui vient de connaître une scission (25 députés au moins ont décidé de créer leur propre parti, l’Unité populaire, emmené par l'eurosceptique Panagiotis Lafazanis) arrive en tête des trois premiers sondages publiés depuis l’annonce de sa démission du poste de Premier ministre, le 20 août, avec entre 22 et 25 % des intentions de vote. Mais l'écart est – de 1 à 3,5 points, selon les instituts – entre Syriza et son adversaire de droite Nouvelle Démocratie (ND). La formation de gauche a donc peu de chances d'obtenir une majorité absolue. 

L'Unité populaire pourrait constituer un danger pour Alexis Tsipras. Selon des sondages, ce nouveau parti pourrait faire son entrée au parlement. Il est crédité de 3 à 5 % des intentions de vote.

Lu dans Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !