Grande-Bretagne : cinq familles plus riches que 12 millions de britanniques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Grande-Bretagne : cinq familles plus riches que 12 millions de britanniques
©

Fossé

Grande-Bretagne : cinq familles plus riches que 12 millions de britanniques

Les cinq familles les plus riches cumulent à elles seules 33,7 milliards d'euros alors que la somme de la richesses des plus pauvres est légèrement inférieure.

L'information fait grand bruit outre-Manche. Selon les recherches effectuées par l'Oxfam, publiées ce lundi dans tout la presse britannique, les cinq familles les plus riches de Grande-Bretagne cumulent plus d'argent que les 12,6 millions d'habitants les plus pauvres, soit 20% de la population totale. L'étude confirme que le fossé entre les riches et les pauvres n'a de cesse de s'accroître ces dernières années. 

Ces deux dernières décennies, les 0,1 % les plus riches ont vu leurs revenus croître presque quatre fois plus vite que 90 % de la population la moins aisée. Pis, pour la première fois parmi les ménages "pauvres", ceux vivant grâce à un revenu du travail sont plus nombreux que ceux n'ayant aucun emploi.

Oxfam est une ONG qui lutte contre la pauvreté et les injustices sociales dans le monde. L'organisation s'alarme de cette situation qui n'est pas le simple fait de la société britannique, mais qui est devenue une tendance dans les pays développés. Oxfam s'est appuyée sur le dernier classement du magazine Forbes des individus les plus riches au monde publié au début du mois de mars et a estimé la totalité du capital détenu par ces cinq familles à 28,2 milliards de livres (33,7 milliards d'euros). A l'inverse, les 20 % les plus modestes cumulent 28,1 milliards de livres (33,6 milliards d'euros), soit 2 667 euros chacun. 

"La Grande Bretagne est en train de devenir une nation profondément divisée, avec une riche élite qui voit ses revenus s'envoler tandis que des millions de familles luttent pour joindre les deux bouts" a réagit un porte-parole de l'organisation, qui appelle le gouvernement britannique à lutter contre l'évasion fiscale et à améliorer la redistribution sociale. 

Et en France ? 

Dans l'hexagone, les dernières études sur le sujet remontent à mai 2013. A cette époque voici ce qu'était le miroir social de la France. Les revenus ont baissé et les inégalités se sont creusées dans la plupart des pays de l'OCDE entre 2007 et 2010, avait alerté l'Organisation internationale dans un rapport. Sur ces trois années, ils ont diminué en moyenne de 2% au sein de la zone tandis que l'écart de revenu entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres est passé de 9,4 fois à 9,8. 

On peut voir grâce à un document de l'Observatoire des inégalités que "Entre 2001 et 2011, le niveau de vie moyen annuel des 10 % les plus pauvres a très peu augmenté : + 0,9 %, soit un gain de 70 euros, une fois l’inflation déduite. A l’opposé, celui des 10 % les plus riches a connu une nette augmentation, de + 16,4 % soit un gain de 8 115 euros. En 2001, les 10 % les plus riches avaient un revenu 6,2 fois supérieur aux 10 % les plus pauvres. C’est ce que l’on appelle l’écart relatif. En 2011, cet écart s’est creusé puisque les plus aisés touchent maintenant 7,2 fois plus que les plus modestes". Sans avoir les mêmes outils de comparaison, la tendance est clairement à l'écart croissant entre les plus riches et les plus pauvres. 

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !